Le dimanche 14 février au soir, a été un soulagement – si l’on- peut dire. La famille, les proches et les confrères de Stéphane et Hervé, ont « officiellement » eu des nouvelles de l’avancé des négociations. La rédaction de France 3 a donc décidé de diffuser des extraits de la vidéo dans laquelle on aperçoit les deux reporters du magazine Pièces à conviction de France 3. Une preuve de vie qui intervient alors qu’ils ont été enlevés le 30 décembre dernier en Afghanistan par les talibans en même temps que leurs trois accompagnateurs afghans. « Nous avons choisi de masquer les visages comme nous le faisons dans chaque cas de prise d’otage et par égard pour les familles. Sans oublier que cette vidéo a peut-être été, je dis bien peut-être, tournée sous la contrainte », a indiqué Paul Nahon, directeur des magazines d’information de France Télévisions.

Dans leur JT du soir, TF1, France 2 et M6 ont évoqué la vidéo sans la diffuser, se contentant d’afficher à l’antenne une capture de l’enregistrement et en prenant soin, là aussi, de masquer les visages.

D’autre part, France 3 est revenue dimanche soir sur l’état de santé des journalistes et sur l’avancée des négociations. « Ces images datent en fait d’il y a trois semaines, mais depuis nous avons reçu d’autres preuves de vie. On peut dire ce soir que nos deux confrères et leurs trois accompagnateurs sont en bonne santé et qu’ils sont bien traités », a indiqué Paul Nahon. « Un contact a été établi par les autorités françaises avec les ravisseurs (…) Le fil de la négociation est encore très fragile mais les choses avancent », a-t-il assuré.

Alors que nous sommes au lendemain du lancement d’une offensive majeure visant à déloger les talibans, les soldats afghans et de l’OTAN tentaient dimanche de sécuriser Marjah, bastion des talibans situé au sud du pays, il ne s’agit pas de la région où se trouveraient Stéphane et Hervé.

Selon nos sources à la DGSE – les services secrets français – les négociations continuent et le moral des agents sur le terrain assistés par les militaires sur place « serait au beau fixe » sans pour autant « quitter de vue notre objectif ». Les spécialistes évoquent la piste d’un enlèvement crapuleux.

3 Responses

  1. Sophie

    Courage à eux ! Continuons à les soutenir face à la calomnie de certaines personnes qui n’ont jamais bougé leur cul de Paris !

    Répondre
  2. Tamisha Roundabush

    Merci à infosdefense de penser à eux, merci monsieur Ney, nous connaissons votre implication pour les retrouver vite ! vos cours à l’école sup de journalisme en font part, et nous vous en remercions (des proches de nos deux confrères)

    Répondre
  3. BRAGAZZI ALDO

    JE SUIS REPORTEUR D´IMAGES ET JE PENSE QUE COMME DERNIER RECOURS DANS UNE ITW CONTRE MA VOLONTE OÚ NON DESIRÉE, J´ESSAIRAIE DE TRANSMETTE PAR LE YEUX CE QUE JE N´AI PEUT PA DIRE OU FAIRE AUTREMENT, DANS UN CAS DE FIGURE PAREIL, LE PRISIONNIER S´EN FOUTE DES CONSIDERATIONS MORALES DES TELESPECTATEURS OU DES CAMARADES DE TRAVAIL,OÙ DE LA CHAÎNE POUR FAIRE MONTER LA SAUCE, AU CONTRAIRE IL ESPERE QUE QUELQ´UN COMPRENDRA.
    EN CHILIEN ON APPELLE CETTE POSITION OCULAIR  » MUEVETE MONITO  » BOUGE TOI PÉTIT SINGE LE LUI DIT LE LION EN TRAIN DE L´ENTUBÉR ´C´EST A DIRE QU´EN DICTATURE AVEC LES GORILLES IL FAUT AVOIR L´OEIL CHEZ FOX.
    A BON ENTENDEUR SALUT

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.