« Le renseignement de la population nous a beaucoup aidé »

2Mai - by Quentin Michaud - 0 - In A la Une Archives Conflits Intelligence Le fil d'actu
Le commandant de la Brigade Serval a tenu une visioconférence ce matin. 

Malgré quelques coupures inévitables dues à la difficulté à traiter le flux vidéo, c’était un exercice intéressant de visioconférence qui a été mené ce matin lors du point presse hebdomadaire. Le général Bernard Barrera a dressé aux journalistes une chronologie et un bilan des opérations depuis son PC de Gao.

Parmi les points importants à retenir, le patron a souligné le soutien déterminant de la population malienne : « Le renseignement de la population nous a beaucoup aidé », en complément des capacités propres françaises de renseignement humain et technique. Des témoignages à chaque fois importants pour savoir quand et où des djihadistes sont passés, combien ils étaient, etc. Preuve en est avec la dernière opération menée jusqu’à aujourd’hui par le GTIA 2 dans la région de Gao dont on peut lire un résumé sur le site de mon confrère Philippe Chapleau.

Expliquant que 20 tonnes d’eau étaient nécessaires chaque jour au plus fort des opérations dans l’adrar des Ifoghas, soit 10 litres par soldat, il a salué le courage et la rusticité des militaires français où une douche, un repas, une bière et un coup de téléphone à la famille agrémentent le quotidien. Malgré des difficultés concernant l’équipement avec les rangers, le général Barrera a reconnu que les équipements de protection ont sauvé des vies : au moins cinq soldats ont eu la vie sauve grâce à leur gilet pare-balles et leur casque.

Selon son dernier décompte, le général Barrera dénombre 3850 militaires français encore présents au Mali. Ils seront moins de 2000 au 31 décembre. Dans le cadre de ce retrait, six hélicoptères ont déjà été rapatriés : 2 Gazelle, 2 Tigre, 2 Pumas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *